Le récit de Guelfi

Le récit de Guelfi

Tempéra à l’œuf sur panneau bois 92 x 74cm

Le Roi Guelfi qui était savant en magie s’étonnait de la connaissance des Ases dans le domaine de la divination et pour s’en rendre compte de lui-même, il décida de partir un jour à Asgard. Après un long chemin, il atteint enfin son but et pénétra dans la grande Halle des Ases qui était pourvue d’un toit couvert des boucliers des valeureux guerriers. A l’intérieur, il aperçu trois trônes disposés l’un sur l’autre et sur chacun desquels un homme était assis.
Sur le premier se trouvait le roi Hàr le Très Haut
Sur le second juste au dessus Jafnhàr l’égal du Très-Haut
Sur le plus haut Tridi le Tiers

Avec leur permission, Il leur posa alors une première question :
De tous les Dieux, quel est le plus éminent et que faisait-il avant la création de ce monde ?

Le très Haut répondit :
Son nom est Alfard et il dormait en compagnie des géants du givre.
C’était à l’origine des temps, alors que régnait le Néant
Ni sable, ni mer n’y avait, ni vagues glacées.
N’existait la terre, ni le ciel très haut.
Immense était l’abîme, mais nulle plante ne poussait.

Il posa une deuxième question :
Mais que fit-il lorsqu’il se réveilla ?.

L’Egal du Très-Haut répondit :
Au milieu de l’immense abîme, il saisit Ymir l’être primordial et de ses membres en fit la terre.
Du sacrifice de son sang jaillissant, il en fit la mer pour ceindre la terre
De son crâne, il le jeta pour faire le ciel et le dressa aux quatre extrémités de l’horizon au dessus de la terre.

Le Tiers dit aussi :
Ce qu’il y a de plus important, c’est qu’il fit l’Homme et façonna son Ame, laquelle vivra de toute éternité et ne périra jamais, en dépit du fait que le corps putréfiera et deviendra poussière, ou se consumera pour devenir cendres.
Tous les valeureux guerriers et les hommes justes vivront auprès de lui en ce lieu qui est appelé Gimlé ou Vinglof,
mais les traîtres et méchants, eux, iront ou leurs passions les mèneront, c’est à dire vers le domaine de Hel et de là, à Niflhel, c’est à dire tout en bas du neuvième monde.